Champ d'action de l'ostéopathie

Les ronflements et l’ostéopathie

En France, on dénombre 15 millions de ronfleurs. Ce nombre a tendance à augmenter avec l’âge et concerne environ 30% des hommes et 15% des femmes adultes. Ce phénomène de ronflement est particulièrement observé chez des sujets allant de 40 à 65 ans.

Mais qu’est-ce qu’un ronflement ?

Le ronflement, aussi appelé ronchopathie, est un phénomène sonore, inspiratoire le plus souvent, involontaire et émis pendant le sommeil. Ce bruit est la conséquence de vibrations des tissus pharyngés survenant uniquement pendant le sommeil.

Bon, ça fait du bruit, mais c’est pas grave, si?

Sa reconnaissance est importante car elle peut constituer un signe révélateur d’une affection plus grave telle que l’apnée obstructive du sommeil ou ronchopathie chronique. En effet, les ronflements simples peuvent évoluer vers une ronchopathie chronique lors d’un relâchement excessif de ces structures anatomiques et peuvent venir obstruer en partie les voies aériennes supérieures. Ces apnées se caractérisent par la succession de plus de cinq apnées par heure d’une durée d’au moins 10 secondes pouvant être la cause:

  • d’une hypertension artérielle.
  • d’un AVC.
  • d’un infarctus du myocarde.

Quelles solutions disponibles?

Plusieurs alternatives s’offrent à nous comme l’orthèse dentaire par exemple, les traitements chirurgicaux, plus récemment la mise œuvre d’ exercices musculaires ou stimulations musculaires. Des injections d’une substance chimique directement appliquée dans les tissus ayant une baisse de tonus musculaire peuvent être proposées. Chacune des méthodes va répondre différemment et sera plus ou moins efficace en fonction de la cause précise des ronflements.

Et l’ostéopathe dans tout ça?

Le plus important est la recherche de symptômes en rapport avec un apnée du sommeil qui nécessite le plus souvent une prise en charge médicale du fait d’une réduction déjà avancée des voies aériennes supérieures (ce qui ne veut pas dire que l’accompagnement ostéopathique est inutile bien au contraire). 

Dans la prise en charge ostéopathique, en plus des conseils visant à réduire les facteurs favorisant l’apparition des ronflements (des fois cela suffit) ou d’éventuels conseils de postures ou d’exercices musculaires, l’ostéopathe va chercher à comprendre le mécanisme de vos ronflements (nez bouchée, problème de position de langue , problème manducateur… ).

Cette analyse va permettre de s’assurer d’une bonne mobilité fonctionnelle des zones problématiques et ainsi limiter les tensions sur les tissus réduisant les voies aériennes supérieures entraînant ce phénomène sonore. Ces tensions peuvent être dues à:

  • des antécédents traumatiques.
  • des antécédents médicaux.
  • d’autres facteurs.

Le travail de l’ostéopathe suffit parfois à résoudre le problème des ronflements sans avoir recours à des méthodes plus intrusives, d’autre fois il est nécessaire d’intervenir avec d’autres professionnels afin de proposer la meilleure prise en charge pour cette problématique. 

Alors n’hésitez pas à consulter un ostéopathe qui prend en charge cette problématique.

.

Références

1: BOHADANA Abraham. Référentiel sémiologie – Collège des Enseignants de Pneumologie 2009 page 35. 

2 D.TECULESCU. Ronflement et pathologie cardiovasculaire. 23.12.2008 page 347-348 

3 P.CHERIN Effet du vieillissement sur les muscles : Sarcopénie et Camptocormie. NPG Neurologie – Psychiatrie – Gériatrie. Avril 2011, 11(62):70-5. 

4 H.BLAIN, Y. DAUVILLIERS Troubles du sommeil fréquemment observés chez le sujet âgé. NPG Neurologie – Psychiatrie – Gériatrie. févr 2010;10(55):6-13. 

5 N. MESLIER. Snoring and the snorer: how should they be defined juin 2006 6 M-F. VECCHIERINI Le sommeil : régulation et phénoménologie. Revue des Maladies Respiratoires. Décembre 2013;30(10):843-55. 

7 KA.FRANKLIN, T.GISLASON, E. OMENAAS, R. JOGI, EJ. JENSEN, E. LINDBERG, et AL. The Influence of Active and Passive Smoking on Habitual Snoring. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. oct 2004;170(7):799-803. 

8 D.TECULESCU Le ronflement habituel. Prévalence et facteur de risque dans un échantillon de la population masculine française. 2007 

9 J-F. PAYEN, S. JABER, P. LEVY, J-L. PEPIN, M.FISCHLER Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil chez l’adulte : prise en charge anesthésique. Annales Françaises d’Anesthésie et de Réanimation.  Novembre 2010;29(11):787-92. 

10 “CAPAX® – EurekaSanté Par VIDAL.” EurekaSanta, eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/vidal/produits-id6240-CAPAX.html. 

11 Faculté de médecine dentaire. Ronflement et apnée du sommeil: approche mécanique et appareils intrabuccaux .2001 

12 “Apnées du sommeil.” Centre du ronflement et des troubles du sommeil, crts.fr/. 13 Maria de Lourdes RABELO GUIMARAES M, AP. HERMONT, de PG AZEVEDO, Bastos PL, de OLIVERA MTP, de MELO IM, et al. SEVER obstructive sleep apnea treatment with oral appliance: the impact on obstructive, central and mixed events. Sleep and Breathing. mars 2018;22(1):91-8. 

14 S. FUJITA, W CONWAY, F.ZORICK, et al. La correction chirurgicale des anomalies anatomiques dans le syndrome d’apnée obstructive du sommeil: uvulopalatalpharyngoplasty. Otolaryngol Head Neck Surg 1981; 89: 923-34. 

15 J.-J. PESSEY, X. ROSE, F. MICHENET, M.-N. CALMELS, S. LAGLEYRE. Treatment of Simple Snoring by Radiofrequency Velar Coblation. le 18 octobre 2004.

16.Wessolleck E, Bernd E, Dockter S, Lang S, Sama A, Stuck BA. Intraorale elektrische Muskelstimulation zur Therapie des Schnarchens. Somnologie. juin 2018;22(2):117-23

A lire également