OSTOS – Collectif d'ostéopathes

syndrome intestin irritable ostéopathie

L’ostéopathie pour soulager l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable est une des affections digestives les plus fréquentes et bien trop souvent négligé. L’ostéopathie peut-elle améliorer les qualités de vie des patients qui en souffrent?

Définition

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie gastro-intestinale chronique et récurrente dont les symptômes et les caractéristiques varient. Cette affection est aussi appelée “colopathie fonctionnelle” ou “syndrome du côlon irritable”.

Prévalence

Environ 10 % de la population est atteinte du SII à un moment donné – environ 200 personnes sur 100 000 reçoivent un premier diagnostic de SII chaque année.

Le syndrome de l’intestin irritable est le trouble fonctionnel intestinal le plus fréquent. Sa prévalence moyenne est de 10 % dans la population générale. La plupart des estimations de prévalence se situant entre 10 % et 15 %. Le SII est plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées de 50 ans ou plus, et il est plus fréquent chez les femmes, avec un rapport femmes-hommes de 2:1 à 4:1.

Symptômes du syndrome de l’intestin irritable

Les symptômes du SII sont des douleurs et une gêne abdominales associées à des modifications du transit intestinal, telles qu’une fréquence accrue des selles, une forme anormale des selles, des efforts pendant la défécation, une urgence à déféquer, une sensation de défécation incomplète, le passage de mucus et des ballonnements.
La maladie est diagnostiquée à l’aide des critères de Rome (I-IV), un système de classification mondialement reconnu. Les personnes atteintes du SCI ont tendance à présenter des déficiences fonctionnelles importantes, des niveaux d’invalidité plus élevés et une qualité de vie limitée.

Causes du syndrome de l’intestin irritable

Les causes du SCI demeurent méconnues. Le stress et la fatigue intense sont des éléments qui peuvent favoriserl’apparition/l’exacerbation des symptômes. La prévalence étant plus importante chez les femmes, la piste des hormones féminines est étudiée, sans preuves pour l’instant. De même, citons les troubles de la motricité intestinale, des anomalies des mécanismes de contrôle de la douleur viscérale au niveau du SNC ou les dysbioses (flore bactérienne perturbée).

Prise en charge conventionnelle

La fréquence et l’intensité des symptômes déterminent le niveau de traitement médical des patients atteints du SII, qui peut aller de l’absence de traitement ou d’un traitement très léger à un traitement d’urgence.

Les thérapies conventionnelles pour les patients souffrant du SII impliquent généralement le système nerveux moteur, sensoriel ou gastro-intestinal central et comprennent la réduction du lactose, la supplémentation en fibres, les agents de charge, les laxatifs, les antispasmodiques, les antibiotiques, les interventions psychologiques ou les antidépresseurs.

Alors que les antispasmodiques, les interventions psychologiques, et les antidépresseurs ont montré certains avantages dans la prise en charge du SII, la supplémentation en fibres, les laxatifs stimulants et les agents de charge ont montré peu de valeur thérapeutique dans les essais contrôlés randomisés (ECR), bien qu’ils soient souvent utilisés pour la prise en charge de la maladie. En outre, l’efficacité de ces thérapies varie d’une étude à l’autre.

L’ostéopathie pour soulager les symptômes de l’intestin irritable

Deux revues de littérature (l’une en 2014, l’autre en 2015) rapportent que l’ostéopathie peut réduire les symptômes de l’intestin irritable tels que la douleur abdominale, la constipation, la diarrhée et a amélioré de manière générale le bien-être. Aucune étude n’a rapporté d’effets secondaires indésirables graves/statistiquement significatifs.

Ces études ont été menées sans restrictions de techniques ou de protocoles standardisés. Les auteurs spéculent sur le fait que l’approche ostéopathique holistique est plus pertinente dans la gestion des symptômes du SII que les techniques manuelles localisées.

Malgré ces observations, les effets physiologiques sous-jacents au traitement ostéopathique des patients atteints du SII demeurent méconnus. En se basant sur un raisonnement ostéopathique, les auteurs suggèrent que les restrictions de mobilité des viscères pourraient perturber les mécanismes d’autorégulation du corps humain. Ainsi, le traitement ostéopathique aiderait à normaliser l’apport sanguin, lymphatique, l’équilibre neurovégétatif tout en normalisant la mobilité et l’élasticité  des viscères ou du péritoine entourant le viscère.

Ces études semblent indiquer des résultats favorables de de l’ostéopathie pour la prise en charge des symptômes liés à l’intestin irritable. Néanmoins, d’autres études sur le sujet sont nécessaires afin d’obtenir des résultats plus fiables.


Références

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email