grossesse femme enceinte ostéopathie ostos santé
Champ d'action de l'ostéopathie

L’ostéopathie pour accompagner la grossesse

Pour reprendre la définition du Larousse, la grossesse correspond à « l’ensemble des phénomènes se déroulant entre la fécondation et l’accouchement, durant lesquels l’embryon, puis le fœtus, se développe dans l’utérus ».

Les troubles durant la grossesse

Tout au long de la grossesse les femmes enceintes font face à de nombreux troubles : lombalgiesaltérations du transitrefluxpubalgies, etc. Ainsi, on estime que 11% à 38% des femmes enceintes souffrent de constipation. Tandis que 40% à 50% des femmes enceintes ont connu des lombalgies (prévalence au plus haut au 3e trimestre). Celles-ci peuvent, dans certains cas, persister après l’accouchement. Que peut apporter l’ostéopathie dans le parcours de santé de la femme enceinte ?

grossesse ostéopathe ostos femme enceinte

Considérations cliniques

Lors de votre consultation, l’ostéopathe aura différents objectifs en fonction de l’avancée de votre grossesse. D’une manière générale, votre thérapeute s’assurera de la bonne mobilité lombo-pelvienne ainsi que d’une fonction optimale du diaphragme.

Dans les premiers mois de la grossesse, comme le dit Bernard Ferru dans son livre Ostéopathie et grossesse : le but de l’ostéopathe « sera de vérifier et valoriser les capacités d’adaptation de la patiente à l’expansion globale générée par la grossesse. »

En deuxième partie de grossesse, l’ostéopathe cherchera à préparer le corps aux contraintes liées à l’accouchement.

L’ostéopathie peut-elle accompagner la grossesse ?

A notre connaissance, il semble exister peu de revues de littérature sur les effets de l’ostéopathie chez la femme enceinte. La plus récente est une étude allemande datant de 2017 qui a examiné 5 essais cliniques randomisés (ECR) sur la lombalgie de la femme enceinte et 3 ECR sur la lombalgie du post-partum.

L’étude a trouvé des preuves modérées de l’effet bénéfique d’une intervention ostéopathique chez les femmes enceintes souffrant de lombalgies sur la douleur et l’état fonctionnel. Ils n’ont pour autant pas apporté d’éléments sur les mécanismes sous-jacents du traitement. Les auteurs insistent sur la nécessité d’études plus rigoureuses sur le sujet.

L’ostéopathie en fin de grossesse

Dans son article dans le JAOA  de 2012, J. Lavelle, ostéopathe DO, étend le champ d’action de l’ostéopathie chez la femme enceinte à d’autres motifs. L’ostéopathie serait en mesure de faciliter et d’écourter le travail, d’avoir moins recours au forceps et d’améliorer le drainage lymphatique et veineux (sans que cela ne soit prouvé).

Lavelle hypothétise sur les mécanismes à l’origine de ces changements. Ainsi, les interactions entre les viscères et les structures musculo-squelettiques seraient responsables du travail facilité, le système nerveux sympathique pourrait être un vecteur pour agir sur le système cardiovasculaire et des techniques sur le diaphragme pourrait décongestionner le système veineux.

Un manque de littérature

A ce jour, la littérature scientifique sur le sujet reste pauvre. Ainsi, tous insistent sur la nécessité de réaliser des études plus rigoureuses. Ceci en prenant en compte différents paramètres tels que la fréquence cardiaque, la tension artérielle, l’occurence de complications périnatales ou encore les accouchements prématurés.


Références

A lire également