fente labiale ostéopathie

Les fentes labiales en ostéopathie

Les fentes labiales concernent 10 et 22 pour 10 000 nouveau-nés dans le monde. L’ostéopathie a-t-elle sa place dans le parcours de soin de ces enfants?

C’est quoi les fentes labiales ?

Les fentes labiales sont des malformations congénitales bénignes du nouveau-né qui affectent le palais primaire, c’est-à-dire la partie antérieure de la cavité buccale (dents, vestibule, gencives, lèvre). Elles sont également étroitement liées aux fentes palatines. On peut distinguer les fentes labiales, les fentes palatines et les fentes labiales et palatines. Les fentes labiales peuvent être unilatérales, bilatérales symétriques ou bilatérales asymétriques. Dans chaque cas, tous les éléments anatomiques sont présents, mais la gravité de l’atteinte peut varier. Les fentes labiales représentent 25% de ces malformations congénitales, les fentes palatines 40% et les fentes labiales et palatines 35%. Nous nous concentrerons ici uniquement sur les fentes labiales.

Formation des fentes labiales

Cette malformation survient tôt dans l’embryogenèse. Vers l’âge de 5 semaines, le palais primaire commence à se former. Il résulte de la croissance et de la fusion des processus nasal médian, nasal latéral et maxillaire. Au cours de la sixième semaine, c’est au tour du palais secondaire  de commencer à se former. À la fin de la dixième semaine, les palais primaire et secondaire et la cloison nasale ont fusionné. Cela divise les cavités buccales et nasales en entités distinctes, leur permettant de fonctionner simultanément. Un problème de fusion de ces entités peut entraîner d’autres malformations telles que la fente palatine ou la fente labio-palatine.

Prévalence des fentes labiales

Selon l’étude de Claudiu Marginean et al. (2018), la malformation de la fente labiale touche entre 10 et 22 pour 10 000 nouveau-nés dans le monde. Mais, selon l’étude de Marcela Martín-del-Campo et al. (2019), il existe de grandes différences statistiques entre les pays. En Europe, on observe une prévalence de 10,60 cas pour 10 000 naissances. Au Japon, elle serait de 19,05, tandis que sur le continent africain, le taux observé est d’environ 10,49 pour 10 000 naissances. Cependant, en France, les fentes labiales et palatines sont estimées à 7 pour 10 000 naissances.

Étiologie des fentes labiales

Les étiologies sont inconnues mais des hypothèses ont été émises concernant des facteurs génétiques et environnementaux. Concernant les facteurs génétiques, plusieurs gènes ont été identifiés comme favorisant le développement des fentes labiales et/ou palatines mais aucun gène unique n’a été établi. En effet, il a été rapporté que si un parent est atteint de fente labiale et/ou palatine, le risque d’avoir un enfant atteint de fente labiale et/ou palatine est de 4%. De même, pour les parents non atteints qui ont déjà un enfant atteint de fente labiale et/ou palatine, le risque d’avoir un autre enfant est de 4%. Il a été démontré qu’il existe un taux de concordance d’environ 60% chez les jumeaux monozygotes et de 10% chez les jumeaux dizygotes pour la fente labiale et/ou palatine.

En ce qui concerne les facteurs environnementaux, on estime que le tabagisme pendant la grossesse augmente le risque de fente de 4 %. D’autres facteurs ont été identifiés : la consommation d’alcool pendant la grossesse, les stéroïdes, les anticonvulsivants (phénobarbital et phénytoïne) et les rétinoïdes, le diabète et les carences nutritionnelles, notamment en zinc, en acide folique et en vitamine A15.

Si plus d’un de ces facteurs de risque est présent, ou si le médecin qui suit la grossesse le juge nécessaire, des tests peuvent être effectués pour déterminer la présence d’une anomalie congénitale des lèvres. Le diagnostic de fente labiale peut être posé par une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique prénatale réalisée à la fin du deuxième trimestre. Le diagnostic prénatal prépare les parents aux soins qui seront nécessaires.

Prise en charge classique

Après le diagnostic, les parents seront orientés vers une unité spécialisée pour obtenir des informations. Un soutien psychologique par une infirmière spécialisée qui peut apporter un soutien aux parents peut être envisagé. 

Dans certains cas, la fente ne sera pas détectée pendant la grossesse et sera détectée à la naissance par un examen visuel du palais. Le recours à une équipe pluridisciplinaire de médecins (infirmière, psychologue, chirurgien, orthophonistes, dentistes pédiatriques, orthodontistes, pédiatres, médecins audio vestibulaires et audiologistes, chirurgiens ORL, généticiens) permet un meilleur suivi des opérations, ce qui réduit considérablement le stress des parents lié à l’organisation des soins. 

La réparation d’une fente labiale se fait à un stade précoce. L’opération, si elle est pratiquée, aura lieu au cours du premier mois de vie. L’opération permet la reconstruction de la lèvre et du nez dans la même opération. L’enfant sera en mesure de manger, de parler et de communiquer normalement. Les cicatrices post-chirurgicales peuvent affecter le résultat de l’opération. Il est toutefois possible de placer un conformateur de narine, qui est perforé et permet à l’enfant de respirer et de manger normalement. 

Cependant, le traitement de la fente labiale n’est pas le même dans le monde entier. Certains pays ne disposent pas d’un système de santé capable de couvrir le coût de l’opération. Les pays plus pauvres ne pratiquent pas ce type d’opération, laissant le visage de l’enfant marqué.

Conséquences pour l’enfant

Les fentes labiales peuvent avoir des conséquences fonctionnelles (morphologique, respiratoire), via les adhérences liées à l’opération, pouvant provoquer une déviation du vomer, du septum nasal (cloison nasale) et une hypertrophie des cornets ou encore des soucis de malnutrition liés à la malformation ou à l’opération surtout chez les enfants en bas âge.

La place de l’ostéopathie dans le parcours de soin

Nous n’avons malheureusement pas trouvé d’études à ce jour portant sur la prise en charge des fentes labiales en ostéopathie. Aussi, nous ne pouvons que spéculer sur son intérêt. Peut-être l’intervention d’un ostéopathe serait-elle plus pertinente dans le suivi post-opératoire de l’enfant? Ceci permettrait un examen et un traitement des différentes restrictions de mobilité engendrées par cette affection et sa chirurgie pouvant impacter, du moins, la mobilité crânio-cervicale.


Références

  • Taib BG, Taib AG, Swift AC, van Eeden S. Cleft lip and palate: diagnosis and management. Br J Hosp Med. 2 oct 2015;76(10):584‑91. 
  • Marginean C, Sasarean V, Marginean CO, Melit LE, Marginean MO. Prenatal diagnosis of cleft lip and cleft lip palate – a case series. Med Ultrason. 8 déc 2018;20(4):531.
  • Martín-del-Campo M, Rosales-Ibañez R, Rojo L. Biomaterials for Cleft Lip and Palate Regeneration. Int J Mol Sci. 2 mai 2019;20(9):2176. 
  • Antoszewski B, Fijałkowska M. Prevalence of cleft lip and/or palate in children from Lodz between years 1981-2010: Frequency of cleft lip and/or palate. Congenit Anom. mars 2016;56(2):60‑4. 
  • Brignardello-Petersen R. Insufficient evidence suggesting an association between maternal tobacco exposure and cleft lip and palate. J Am Dent Assoc. août 2017;148(8):e120. 6 Tian M, Xiao L, Jian N, Wei X, Liu S, Zhao H, et al. Accurate diagnosis of fetal cleft lip/palate by typical signs of magnetic resonance imaging. Prenat Diagn. sept 2019;39(10):883‑9. 
  • Bäumler M, Faure J-M, Bigorre M, Bäumler-Patris C, Boulot P, Demattei C, et al. Accuracy of prenatal three-dimensional ultrasound in the diagnosis of cleft hard palate when cleft lip is present. Ultrasound Obstet Gynecol. oct 2011;38(4):440‑4. 
  • Tian M, Xiao L, Jian N, Wei X, Liu S, Zhao H, et al. Accurate diagnosis of fetal cleft lip/palate by typical signs of magnetic resonance imaging. Prenatal Diagnosis. sept 2019;39(10):883‑9. 
  • Britton HL, Gronwaldt V, Britton JR. Maternal postpartum behaviors and mother-infant relationship during the first year of life. The Journal of Pediatrics. juin 2001;138(6):905‑9.
  • Martín-del-Campo M, Rosales-Ibañez R, Rojo L. Biomaterials for Cleft Lip and Palate Regeneration. IJMS. 2 mai 2019;20(9):2176. 
  • Kovalenko AF, Kopik II. [Indices of physical development and the state of respiratory system in children  with congenital cleft lip and cleft palate]. Stomatologiia (Mosk). avr 1973;52(2):110‑2.
  • Wiechers C, Thjen T, Koos B, Reinert S, Poets CF. Treatment of infants with craniofacial malformations. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed. janv 2021;106(1):104‑9.
  • https://www.docteur-saboye.fr/chirurgie-reparatrice/fentes-faciales/fentes-labio-palatines/#tab-1493225454336-4-2d75f-1fed
  • Bockenhauer SE, Julliard KN, Lo KS, Huang E, Sheth AM. Quantifiable effects of osteopathic manipulative techniques on patients with chronic asthma. JAOA. 1 juill 2002;102(7):371-5.
  • Whalen J, Yao S, Leder A. A Short Review of the Treatment of Headaches Using Osteopathic Manipulative Treatment. Curr Pain Headache Rep. 5 oct 2018;22(12):82.
  • Hidalgo B, Hall T, Bossert J, Dugeny A, Cagnie B, Pitance L. The efficacy of manual therapy and exercise for treating non-specific neck pain: A systematic review. J Back Musculoskelet Rehabil. 6 nov 2017;30(6):1149‑69.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email